Callot Sœurs – 1895/1953

Sans titre-2
Callot Sœurs, maison relativement peu connu de nos jours, fait pourtant parti des grandes de son époque. Elle est à mes yeux, celle qui m’inspire le plus dans mon travail de reconstitution. Principalement connu pour leurs robes du soirs richement travaillé, ceux sont elles qui ont amené la grande mode du Lamé dans les années 20. Retour sur une maison fascinante.

Callot Sœurs, petite maison devenue grande

1895 – 1919 

Callot Sœur est l’association de quatre sœurs, Marie Callot-Gerber, Marthe Callot-Bertrand, Régina Callot-Tennyson-Chantrell et enfin Joséphine Callot-Crimont. Elles ouvrent leur maison de couture en 1895 rue Taitbout à l’initiative de l’ainée, Marie Callot. Les premiers succès arrivent vite, avec un travail de blouse et de lingeries à bases d’incrustations de dentelles, de rubans. Elles poursuivent avec d’autres vêtements avant de déménager vers la rue de Matignon où l’ainée prend la direction de la maison.

house-callot-1900
La maison Callot en 1910 – Les Créateurs de La mode

En 1900, Callot S. rencontre un véritable succès et devient alors une des maisons les plus importantes de la décennie au même rang que Worth, Paquin ou Doucet. Sœurs discrètes, elles n’utilisent pas les magazines de modes afin de faire une quelconque publicité et son peu près présente dans le Monde. Ainsi, on ne les verra que très peu à l’Opéra ou au Théâtre. Préférant la publicité que leurs clientes leur feront par le bouche à oreilles.

callot-1900-evening
De gauche à droite : Robe en soie et dentelle métallique, 1910 – MET,  Robe du soir – 1909 – Gregg M ,Robe du soir en soie et tulle -1909/1910 Musées des Arts Décoratifs de Paris

Leur style est assez reconnaissable et sont surtout connu pour leurs robes du soir et leurs grandes toilettes (mariées, robes de cours). Descendantes de dentellières, elles utilisent principalement cette matière dans leurs ornements ainsi que l’application de fils métalliques (ex : robe de 1909 – GREGG). On dépense alors chez elles des sommes faramineuses allant de 2500 à 3000 francs pour une simple robe et un peu plus pour des robes très travaillées. On trouve alors chez Callot, des aristocrates, des femmes d’industrielles ou encore certaines demi-mondaines. Elles feront alors vivres 30 000 ouvrières dans leurs ateliers et dans les fournisseurs annexes (dentelliers, brodeurs entre autres).

1979.150.1_d
Détail d’une robe du soir – 1911 –

La guerre met un frein à leur succès. Pourtant, comme nombre de maison, elles resteront ouvertes afin de soutenir leurs ouvrières. Mais elles ne fonctionneront qu’à perte.

1920 – 1937

Ce n’est qu’à la fin de la guerre qu’elles fonctionneront de nouveaux, mais seulement grâce à l’exportation. Les années 20 marquent pour Callot une nouvelle étape. Instigatrices du Lamé or et argent (avec leurs applications de fils métalliques en 1900), elles deviennent la maison la plus influente de la décennie. Elles remettent ainsi au gout du jour l’Orient et les soieries chinoises.

En 1927, Marie Callot Gerber meurt et c’est son fils qui reprend l’affaire l’année suivante. Pour autant, la maison commence à dépérir et le style vieilli, pour devenir totalement démodé.

callot-1920-evening-silk
De gauche à droite : Robe en lamé – 1921 – Chicago Museum (Getty Image) , Robe du soir en velours de soie – 1927 – Museum of Applied Arts Cologne, Robe du soir – 1926 – Fox Collection 

La maison peine à survivre après la crise de 1929 et voit l’arrivé des années 30 difficilement. Pierre Gerber tente de dépoussiérer le style de la maison et de suivre ainsi la tendance du biais. Les robes qui sortent des ateliers sont alors plus jeunes et possèdent moins de fioritures. Mais en 1937, la maison est rachetée par la MAISON CALVET et Callot Sœurs perd alors son nom. On voit encore quelques tailleurs sortir des ateliers vers 1940, mais la maison est désormais très discrète

De gauche à droite: Deux robes du soir 1935 et une autre de 1933 - Les modes via Gallica BnF
De gauche à droite: Deux robes du soir 1935 et une autre de 1933 – Les modes via Gallica BnF et

Ainsi, c’est sans surprise que la maison ferme définitivement en 1953 pour ensuite tomber dans l’oubli. La maison n’aura jamais réellement surpris ou apporté quelques choses de nouveaux dans le paysage de la mode et c’est ce qui lui vaudra l’oubli.


Découvrir Callot Sœurs 

Pinterest

Les Modes : Revues Mensuelles illustrées des Arts Décoratifs appliqués à la femme

Une réflexion sur “Callot Sœurs – 1895/1953

Laissez un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s