Le vertugadin – Courte histoire

Le vertugadin, aussi appelé « Hausse-Cul », est un bourrelet en demi lune, rembourrée de crin (qui donnera aussi son nom au jupon) et qui donne de l’ampleur a la fameuse jupe renaissance. On entend parler la première fois de « vertugade » en Espagne, en 1544 et vient du terme « vertugado ».

Définir une nouvelle forme

Le XVIe siècle apporte énormément pour la mode féminine (et masculine), notamment dans la silhouette. Deux grands changements sont à noter, l’apparition des « corps » – alors appelé basquine sous François 1er puis corps piqué plus tard, et la vertugade. Ces deux éléments donnent alors une silhouette de deux cônes inversés. L’un par le corps et l’autre par la vertugade.

Sans titre

Evolution de la Vertugade

La vertugade apparaît en France sous le règne de François 1er (1494 – 1547) mais serai d’origine espagnole (appelé Vertugados). Elle devient très vite un élément indispensable pour toutes les femmes désireuses d’être à la mode. Cette vertugade, aussi appelé vertugale puis plus tard vertugadin, était un jupon de gros canevas empesé recouvert d’un bas de jupe de taffetas épais où celui-ci était parfois cerclé d’un anneau d’osier dans le bas afin d’élargir la jupe dans sa partie inférieur.

Détail d’un vertugadin - 1400/1500 - peintre inconnu
Détail d’un vertugadin – 1400/1500 – peintre inconnu
A gauche, Mary Fitzalan, duchesse de Norfolk peinte en 1555 par Hans Ewoth
A droite, Vertugade espagnol – Salomé peinte par Pedro Garcia de Benabare – vers 1470

La vertugade à connu plusieurs évolutions et plusieurs formes selon le pays où elle fut utilisé. Ainsi en France, pendant une courte période, elle est principalement vue sous la forme d’un croissant de lune et porte le nom de vertugadin français, dans les autres pays. En Angleterre, sous le règne d’Elizabeth Ier, le vertugadin prend une autre forme, celle du vertugadin à plateau. Ce vertugadin sera également utilisé en France sous le règne d’Henri III.

Vertugadin tambour - Bal à la cour de Henri III, dit autrefois Bal du duc d'Alençon - Musée du Louvre
Vertugadin tambour – Bal à la cour de Henri III, dit autrefois Bal du duc d’Alençon – Musée du Louvre – 2ème moitié du XVIe

Le vertugadin vivra une centaine d’années avant de s’essouffler. Il donnera naissance aux nouvelles structures, comme les paniers, les crinolines ainsi que les tournures.

 


 

Source littéraire : « Le costume Français », Flammarion.

La Mécanique des Dessous, Musée des Arts Décoratifs

2 réflexions sur “Le vertugadin – Courte histoire

    1. Je suis justement en train de le faire. Encore un peu de rembourrage, et ce sera bon. En tout cas, elle va avoir un sacré cul xD

Laissez un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s